Voitures

Comment réveiller votre « Belle au bois dormant »

Comment réveiller votre « Belle au bois dormant »

De nombreux propriétaires de Ferrari classiques ont hâte de savourer la chaleur du littoral au volant de leur voiture. Mais avant de tourner la clé, il est important de s'assurer que toutes les révisions et les réparations nécessaires ont bien été faites. Ce n'est qu'alors que le plaisir peut commencer

Les propriétaires de voitures classiques attendent impatiemment la belle saison pour réveiller leurs « Belles au bois dormant » après un long sommeil hivernal. Toutefois, des précautions s’imposent : « Même si nous avons tous hâte d’entendre le rugissement de nos moteurs, il faut résister à la tentation de tourner tout simplement la clé de contact », déclare à The Official Ferrari Magazine, Andrea Modena, responsable de Ferrari Classiche. « Le réveil est un processus qui se fait d’abord avec la tête plutôt qu’avec le cœur ».

La plupart des voitures les plus prisées et les plus victorieuses du Cheval cabré sont passées entre les mains des experts de Ferrari Classiche. Ils les ont progressivement ressuscitées, souvent après qu’elles aient passé de nombreuses années à languir dans des conditions loin d’être idylliques. L’équipe Classiche sait donc de quoi elle parle.

Le cockpit d'une Ferrari 212 Export Vignale de 1951, après avoir subi tous les contrôles et tests préalables à la conduite
Le cockpit d'une Ferrari 212 Export Vignale de 1951, après avoir subi tous les contrôles et tests préalables à la conduite

« En premier lieu, il faut faire le tour de la voiture et chercher tout signe de fuite, petite ou grande. Cela peut être aussi bien une goutte qu’une flaque, ce qui peut indiquer un problème », explique M. Modena. Vous devez examiner le sol sous le moteur, la boîte de vitesses, le radiateur et les freins près des jantes. Prêtez notamment attention au circuit de refroidissement : de petites fissures, sans gravité apparente, qui au départ ne laissent échapper que quelques gouttes de liquide de refroidissement, peuvent transformer les vieux radiateurs en véritable passoire lorsque le circuit est à température et pression élevées.

Inspecter les pneus est également très important. Il faut mesurer leur pression et contrôler leur état : de minuscules fissures sur l’épaulement peuvent indiquer que la gomme vieillit. Si vous n’avez pas augmenté la pression d’un bar avant de garer la voiture, vous remarquerez sans doute que la surface de contact, c’est-à-dire l’endroit où la gomme repose sur le sol, semble plus plate que le reste du pneu. C’est ce qu’on appelle un méplat qui peut s’avérer permanent sur les vieux pneus. Dans ces cas-là, il est parfois nécessaire de les remplacer. Sur les modèles plus récents, le pneu recommencera à rouler normalement une fois qu’il aura atteint sa température optimale et que les légères inégalités auront disparu.

Le moteur de la Ferrari 275 GTB Competizione dans un état impeccable
Le moteur de la Ferrari 275 GTB Competizione dans un état impeccable

Ouvrez ensuite le capot, avant tout pour vérifier la batterie, notamment si elle était débranchée, ce qui doit toujours être fait. Passez ensuite à l’inspection des niveaux de liquide de votre voiture, en commençant par le liquide de refroidissement, puis le liquide de frein, qui est souvent négligé bien qu’il soit essentiel pour conduire en toute sécurité, et enfin l’huile moteur. « L’huile moteur doit être vidangée tous les deux ou trois ans maximum, même si vous n’utilisez pas la voiture », souligne M. Modena. « En effet, l’huile se détériore et perd ses propriétés lubrifiantes, ce qui peut gravement endommager le train de roulement lorsque la voiture est en mouvement ».

Ferrari Classiche recommande aux propriétaires de confier leur voiture à ses centres de service où l’huile sera remplacée par des produits spécialement développés par Ferrari, conformes aux besoins de chaque moteur et aux technologies disponibles l’année de production de la voiture.

Si vous possédez une voiture datant des années 50 ou 60, essayez d’actionner la pompe à carburant, puis attendez que le tic-tac s’arrête : cela indique que le carburateur est prêt pour la mise en marche du moteur. Vous pouvez maintenant tourner la clé de contact. Une fois le moteur démarré, vous devez immédiatement vérifier que la pression d’huile augmente correctement et rapidement.
 

Les cadrans de la Ferrari 250 California permettent de vérifier le bon fonctionnement du moteur
Les cadrans de la Ferrari 250 California permettent de vérifier le bon fonctionnement du moteur

Enfin, lorsque vous sortez la voiture du garage, faites un nouveau plein de carburant, puis un court essai pour vous assurer que tout fonctionne normalement. À votre retour, les circuits de refroidissement et de lubrification de la voiture devraient avoir atteint des températures et des pressions de fonctionnement normales. Même si tout s’est bien déroulé, vérifiez à nouveau le sol du garage après quelques jours pour vous assurer qu’il n’y a aucune fuite.

Maintenant que tous ces contrôles sont terminés, votre Belle est enfin prête à reprendre la route. Bonne route !

Ferrari