Voitures

La GTC4Lusso gère facilement les routes glacées menant à Courmayeur, dans la vallée d’Aoste, en Italie <em>Photo: Lennen Descamps</em>

Luxe quatre saisons

Les routes enneigées et les virages glissants du Mont Blanc représentent le terrain parfait pour tester les systèmes avancés renforçant la GTC4Lusso
Texte

Richard Bremner

Les meilleures voitures grand tourisme doivent vous permettre d’affronter la grande diversité de défis qu’un parcours longue distance peut souvent vous poser. La neige, par exemple. Les pneus hiver sont d’une grande aide - la Ferrari GTC4Lusso que je conduis aujourd’hui monte un jeu de Michelin Pilot Alpins - tout comme les quatre roues motrices - fournies par le système prédictif 4RM EVO de Maranello.

Les essieux avant sont alimentés par l’Unité de Transfert de la Puissance (PTU) qui intervient contre le dérapage des roues arrière, fournissant deux rapports en fonction de la vitesse sélectionnée pour la boîte-pont arrière. Le premier rapport de la PTU s’engage avec le premier et second rapport de la transmission F1 DCT, et son second rapport s’engage avec le troisième et le quatrième rapport. Cela fonctionne jusqu’à environ 145 km/h, la vitesse maximale du quatrième rapport. Le choix du rapport est géré par la considérable puissance informatique du groupe motopropulseur, capable de fournir une excellente traction quel que soit le temps.

Les moniteurs de largeur et les détecteurs d'angle mort aident à guider la GTC4Lusso à travers les espaces restreints <em>Photo: Lennen Descamps</em>
Les moniteurs de largeur et les détecteurs d'angle mort aident à guider la GTC4Lusso à travers les espaces restreints Photo: Lennen Descamps

La PTU, et par conséquent l’essieu avant, peut recevoir jusqu’à un cinquième de la puissance du V12, avec 90 % de cette puissance dirigée vers la roue avant extérieure si les conditions l’exigent, donnant à la GTC4Lusso l’adhérence et l’agilité d’un léopard des neiges. Le test drive Mont Blanc est basé en dehors de Courmayeur, présentant divers défis climatiques pour cette quatre places. Pendant la montée dans la vallée d’Aoste, la température affichée commence à chuter. Je m’arrête pour admirer une cascade à moitié glacée, avant de réaliser que j’ai garé 690 chevaux dans une pente enneigée.

Et je me rends compte que l’endroit est assez isolé. Mais, en réalité, cela ne pose aucun problème. La Ferrari se comporte de la même façon que dans des conditions de chaussée sèche. La descente sinueuse puis l’autostrada jusqu’à Courmayeur mettent à profit les nombreux et astucieux systèmes de soutien de la GTC4Lusso, comme la PTU, les roues directrices arrière et les freins en carbone-céramique.

Le système ADAS (Advanced Driver Assistance System) regorge d'informations et de dispositifs de sécurité <em>Photo: Lennen Descamps</em>
Le système ADAS (Advanced Driver Assistance System) regorge d'informations et de dispositifs de sécurité Photo: Lennen Descamps

L’Adaptive cruise control est de série. La voiture roulera donc à la vitesse désirée jusqu’à ce qu’elle rencontre un obstacle se déplaçant plus lentement qu’elle. Elle adapte alors son allure à celle de cet obstacle, s’arrêtant si nécessaire, comme je le découvre en suivant une autre voiture à travers un péage sur l’autostrada. Dans les embouteillages, elle s’adapte automatiquement en avançant tout doucement en cas d’arrêts de moins de deux secondes. L’Autonomous Emergency Braking est précédé d’un signal sonore.

Grâce au travail en soufflerie, les ingénieurs de Maranello ont remodelé le couvercle du radar avant monté sur la calandre afin d’éviter d’affecter le système de refroidissement de la voiture, de perturber l’aérodynamisme ou qu’il se couvre de poussière. Les caméras optionnelles de vision périphérique situées sous les rétroviseurs ne créent pas de bruits de vent sur une voiture pouvant atteindre les 335 km/h. Il n’y en avait en effet aucun signe à 240 km/h.

Le PTU envoie le couple vers l'avant, tirant la voiture vers la droite, ce qui la rend beaucoup plus efficace dans la neige <em>Photo: Lennen Descamps</em>
Le PTU envoie le couple vers l'avant, tirant la voiture vers la droite, ce qui la rend beaucoup plus efficace dans la neige Photo: Lennen Descamps

Le système d’alerte de sortie de voie de la voiture est uniquement acoustique, n’interfère pas avec la direction, peut être désactivé et possède deux niveaux de sensibilité. La voiture est ainsi capable d’emprunter des voies plus étroites sans activation de l’alerte acoustique, tout en fournissant tout de même un signal. Une alerte visuelle dans le rétroviseur signale la présence d’un véhicule dans l’angle mort ; un système de détection de panneaux de signalisation est disponible en option. La voiture bénéficie également d’un caméra de recul d’aide au stationnement ainsi que d’un système d’alerte de circulation transversale arrière. La GTC4Lusso avait déjà montré l’étendue de ses compétences en modalité « glace », mais son efficacité reste tout de même impressionnante même lorsque les interventions électroniques sont réduites.

Parcourir les différents réglages - « wet », « comfort », « sport », « track » - permet de faire chasser toujours plus l’extrémité arrière de la voiture : spectacle et divertissement garantis. Les dérapages peuvent être compensés en braquant, mais également en accélérant, la PTU transmettant du couple à l’avant pour remettre la voiture dans l’axe. Cela rend la voiture très efficace sur la neige et signifie qu’elle est équipée pour affronter une entière gamme de conditions climatiques. Voilà pourquoi de nombreux utilisateurs l’utilisent toute l’année, pour traverser des chaînes de montagne, se rendre dans des stations de ski ou simplement aller au travail. La GT complète.

Ferrari