Voitures

<em style=Photo: Bernard Rouffignac" />

La nouvelle Ferrari Classiche Academy

Un historien de l'automobile s'inscrit à la nouvelle Ferrari Classiche Academy pour apprendre comment tirer le meilleur parti des voitures de course vintage
Texte

Giosuè Boetto Cohen

Ceux qui ont appris à conduire il y a quarante ans l'ont fait dans un état d'esprit très différent de celui d'aujourd'hui. C'était l'argument de Gigi Barp, responsable Ferrari Classiche, lorsqu'il m'a convaincu de visiter sa nouvelle école de conduite. Mes camarades sont quatre Italiens, deux Américains, un Français qui a amené son fils avec lui, deux amis japonais et un Anglais. Nous nous retrouvons rapidement sous une rampe de garage à fixer le dessous de caisse d'une 308 GTB : la « classica » avec laquelle nous retournerons à l'école. Raisonnablement, le cours commence par l'anatomie de la voiture, sa conception et ses principes structurants. 

Les expressions hésitantes de mes camarades révèlent bientôt que dans notre groupe, seuls deux d'entre nous aiment vraiment se salir les mains pendant la vidange d'huile et le remplacement des filtres. Mais nous nous faisons tous rapidement une bien meilleure idée de ce qu'est une transmission manuelle, un embrayage à sec, une direction directe et une suspension à double triangulation. Un mécanicien de l'Academy nous explique la genèse de son huit cylindres. En milieu de matinée, un magnifique modèle apparaît sur un chevalet, les composants partiellement sectionnés. L'entendre rugir de tout près nous fait comprendre à quel genre de monstre nous avons affaire.

La séance suivante est consacrée aux techniques de conduite, mettant l'accent sur le changement de vitesse et le passage fatidique talon-pointe. À midi, nous sommes sur la piste. Nous observons d'abord le moniteur (ses pieds, ses mains, le compte-tours), puis nous tentons de l'imiter en essayant nerveusement de tout mémoriser. La satisfaction finit par arriver, tout comme la vitesse. Le programme Academy est un premier pas vers le monde des voitures de collection, comprenant rallyes de régularité et entraînements sur route et sur piste, avec roadbook et pressostat/photocellule.

Les élèves suivent le "professeur" en expliquant les principales caractéristiques de la voiture sur la rampe <em>Photo: Bernard Rouffignac</em>
Les élèves suivent le "professeur" en expliquant les principales caractéristiques de la voiture sur la rampe Photo: Bernard Rouffignac

La 308 est la voiture idéale pour une formation en immersion totale. Même si vous n'êtes jamais monté dedans, vous vous y sentez immédiatement à votre aise. L'intérieur est épuré, essentiel. Le « Professeur » Barp me donne quelques conseils sur le retour crucial au milieu de la grille du levier de vitesses. Je dois contrôler mon instinct, car la conduite sur piste ne nécessite aucun mouvement brusque ou forcé. L'embrayage est lourd, mais assez efficace. Je l'entends à plusieurs reprises dans mon casque : « Fais attention quand tu la laisses aller ! »

Je maintiens confortablement le régime entre 4 000 et 6 000 tours, tandis que je m'habitue aux virages de Fiorano. L'instructeur explique, mètre par mètre, où passer et où se diriger. Je ne suis en piste que depuis peu, je lui demande alors d'évoluer progressivement. Il refuse. Mais tout se passe exactement comme prévu. Après deux jours, j'ai l'impression de toujours avoir conduit une 308.

Trois 308 GTB alignées pour les étudiants de la Classic Academy <em>Photo: Bernard Rouffignac</em>
Trois 308 GTB alignées pour les étudiants de la Classic Academy Photo: Bernard Rouffignac

Entre deux séances au volant, le « Professeur » explique la philosophie de l'école : réintroduire les collectionneurs à la conduite manuelle, dissiper les doutes, anéantir les peurs. Non seulement celles des propriétaires, mais aussi celles de leurs partenaires et de leurs enfants. Des personnes qui gardent leurs distances avec les voitures « d'antan » et ne profitent plus du plaisir de conduire et de leur histoire.

Je boucle cinq tours d'affilée seul : comme un grand final qui ne devrait jamais s'achever. Tandis que le soleil se couche sur Fiorano, deux pilotes d'essai arrivent (le plus vieux a moins de vingt-cinq ans) pour faire quelques tours avec les photographes. « Doucement, d'accord ? », dit le plus jeune à son collègue, « Je ne l'ai pilotée que deux fois. » « Quoi ?! » Je crie. « Toi aussi, tu as oublié comment on conduisait à l'époque d'Enzo ?! » Tout le monde rit. « Bien sûr que non, » répondent-ils. « Mais comparé à ce que nous avons l'habitude de tester, c'est un autre monde. »

 

 

Ferrari