Voitures

Au milieu des Lochs, dans le luxe de la GTC4Lusso

Au milieu des Lochs, dans le luxe de la GTC4Lusso

L'auteur britannique Will Self nous emmène dans un tour d'Écosse
Texte

Will Self

J'ai toujours pensé qu'il existe une raison pour laquelle on n'a jamais vu de grand road movie britannique. Dans l'ensemble, l'île que j'appelle ma maison est trop encombrée d'objets, de personnes et même de signalisation et d'aménagement routier. Mais il y a aussi la romance curieusement statique des britanniques et de la route.

Les Britanniques sont les plus grands rouleurs d'Europe par habitant en termes de dépenses en matériel roulant. Néanmoins, pour la plupart d'entre nous, il ne s'agit que de s'asseoir dans nos abris mobiles fantaisistes - soit bloqués dans les embouteillages, en nous hissant de chez nous au travail et vice-versa, ou ramant le long des routes de campagne dans une course sans fin de Londres à Brighton, avec le fantôme d'un homme au drapeau rouge régulant consciencieusement l'allure devant nos brillantes calandres.

 

L'immobilité totale reste cependant notre véritable desideratum : l'abris garé à l'écart ou sur le bas-côté – ses passagers s'articulent sur des chaises longues à rayures pliantes et mangent des sandwichs au fromage fixant une vue limpide d’eux-mêmes.

Il n'y a pas de meilleure façon de profiter des routes et des paysages des Highlands qu'au le volant d'une GTC4Lusso. <em>Photo: Amy Shore</em>
Il n'y a pas de meilleure façon de profiter des routes et des paysages des Highlands qu'au le volant d'une GTC4Lusso. Photo: Amy Shore

Et c'est bien dommage, car il suffit de rouler vers le nord, au volant de la bonne voiture de sport à hautes performances – et permettez-moi alors, cher lecteur, d'oser suggérer la Ferrari GTC4Lusso – pour découvrir l'un des plus beaux pays à parcourir en voiture que l'on puisse trouver ici-bas sur cette grande bande verdoyante.

 

Avec ce panorama fascinant comme au cinéma, les routes de la côte nord de l'Écosse – avec les îles Orcades qui s'élèvent, comme Avalon, des eaux sauvages du Pentland Firth – sont le cadre idéal pour commencer votre propre Road Movie Britannique. Ainsi – le premier jour de tournage – le soleil brille sur les falaises de grès rouge de Hoy, l'île la plus au sud des Orcades, et une légère couche de neige gèle le sommet de ses collines coniques. 

Des châteaux et des maisons de campagne isolés parsèment la campagne écossaise. Certains offrent aux voyageurs un lieu où se reposer après de longs trajets en voiture. <em>Photo: Amy Shore</em>
Des châteaux et des maisons de campagne isolés parsèment la campagne écossaise. Certains offrent aux voyageurs un lieu où se reposer après de longs trajets en voiture. Photo: Amy Shore

Après avoir admiré la vue, vous vous tournez vers l'arrière-pays de Caithness au ciel gris et couvert ; un domaine montagneux sombre mais dramatiquement désolé où - s'il descendait soudainement de la couverture nuageuse menaçante - le dragon de JRR Tolkien, Smaug, ne semblerait absolument pas dépaysé. Vous frissonnez alors tandis que retirez votre veste, enfilant vos gants avant de vous baisser dans la douce et chaude étreinte cuirée du baquet.

 

Tirant vers le sud, un choix se pose rapidement à vous : tournez à droite, et vous ferez face à une centaine de kilomètres de route à une voie, empruntée par une centaine de cerfs pour un véhicule, avant d'atteindre le Garvault Country House Hotel près de Kinbrace – l'établissement le plus reculé de la principale île britannique. Ou, vous pouvez tourner à gauche, et prendre l'A9, qui traverse les tourbières de Caithness avant d'atteindre la côte de la mer du Nord à Latheron. De là, vous tournerez à droite et découvrirez une magnifique corniche, car la route – flanquée contre le front maussade et les falaises effritées du littoral - vous oblige à faire un tour digne de montagnes russes antédiluviennes. 

L'Écosse abrite le Cairngorms National Park, le plus grand parc national du Royaume-Uni, où les poneys et autres animaux errent librement sur les collines. <em>Photo: Amy Shore</em>
L'Écosse abrite le Cairngorms National Park, le plus grand parc national du Royaume-Uni, où les poneys et autres animaux errent librement sur les collines. Photo: Amy Shore

Poursuivant vers le sud en direction d'Inverness, on apprécie la beauté sauvage grande ouverte du littoral - ses combes profondes, boisées, et ses rivages désolés et rongés par le sel. L'écrivain Paul Theroux a un jour décrit la Grande-Bretagne et son contour comme une sorcière chevauchant une côtelette de porc. En effet, alors que la route monte, descend et contourne les estuaires de Cromarty et de Dornoch, vous vous sentez comme un sorcier, dont l'élan alimente également le voyage dans l'espace et le temps de cette ancienne masse terrestre. Et honnêtement, la situation ne devient guère plus cinématographique que cela.

 

Tandis que vous faites le plein, après avoir passé Inverness, vous regardez vers le sud jusqu'à la chaîne de montagnes des Cairngorms et vous commencez à songer aux centaines de kilomètres qui vous attendent. Pourquoi s'arrêter dans le sud de l'Écosse ? Pourquoi ne pas continuer jusqu'à Northumberland et prendre cette grande montagne russe de route, l'A68, qui ondule vers le sud ? Après tout, votre esprit de sorcier est prêt, et votre manche à balai gris acier pointe déjà vers la route dégagée.

 

 

Ferrari