Personnes

Jean Alesi nous emmène au Castellet

Jean Alesi nous emmène au Castellet

Alors que la F1 revient sur le circuit Paul Ricard, le fier provençal, Jean Alesi, en fait de même
Texte

Stéphane Barbé

Le champion F1 de la Scuderia Ferrari Jean Alesi est né en Provence et a grandi en rêvant de voitures de course. Son magnifique circuit local du Castellet situé entre Toulon et Marseille occupe une place particulière dans son cœur. En 2018, la F1 retourne sur le circuit Paul Ricard, nous en avons donc profité pour rejoindre Alesi de retour au pays. Le favori des tifosi est né à Avignon le 11 juin 1964, et moins d'une décennie plus tard, il avait pris le virus. « Je suis venu au Castellet pour voir mon père, qui tenait un atelier de réparation à Avignon, courir au Tour de France automobile en 1973 dans une Chevrolet Camaro, » nous confit-il. « C'est là que j'ai vu mon premier Grand Prix de Formule 1 ; Alain Prost avait gagné au volant de la Renault (1983). 

J'y ai appris à conduire des voitures de course, en suivant un cours de pilotage à l'école Winfield. J'ai remporté le titre de F3 ici-même, en 1987. » 
Mais la relation avec ce magnifique circuit inondé de soleil ne s'arrête pas là. Parce que l'un des plus beaux souvenirs de course d'Alesi aura lieu en 1989. « Mon premier Grand Prix en Formule 1 ! » s'exclame-t-il avec plaisir. Il participait au championnat international F3000 lorsque la fameuse écurie Tyrrell l'a appelé à mi-saison pour se lancer dans la F1. 
Aussi incroyable que cela puisse paraître, malgré l'émotion du week-end – il oubliera même son casque dans sa chambre d'hôtel – le français, à ses débuts, termine quatrième du Grand Prix qu'il court à domicile. « Je suis arrivé là, personne ne savait vraiment qui j'étais, et je suis reparti en réalisant mon rêve ! Un vrai conte de fée. » 
Qui de mieux pour nous emmener faire un tour de la région dans une Ferrari 812 Superfast bouton d'or ? Alesi adore la Provence. » « C'est ma région. » 

"Super-fast" Alesi a remporté le GP du Canada 1995 dans une Ferrari V12<em>Photo: Bernard Rouffignac</em>
"Super-fast" Alesi a remporté le GP du Canada 1995 dans une Ferrari V12Photo: Bernard Rouffignac

Il a acheté sa « maison de retraite » à Avignon, « avec poulets, moutons et abeilles. » Le régime alimentaire est sain et en constante évolution. « Une saison, c'est asperge, l'autre, c'est blette. Melons de Cavaillon. Fraises... » Pas étonnant qu'il vienne aussi souvent qu'il le peut. 
Nous faisons le tour de la région en douceur, le moteur V12 vrombissant. Alesi est un conducteur habile, la 812 Superfast un instrument entre ses mains. Nous nous arrêtons pour visiter le village perché du Castellet, où Alesi est inévitablement reconnu. « Nous sommes là pour faire le buzz autour du Grand Prix de France ! » s'exclame-t-il. Plus tard dans la journée, séance photo avec la Ferrari bouton d'or – immortalisée par pléthore de selfies de spectateurs admiratifs.

La 812 Superfast jaune vifavait l'air vibrant dans la belle ville du Castellet<em>Photo: Bernard Rouffignac</em>
La 812 Superfast jaune vifavait l'air vibrant dans la belle ville du CastelletPhoto: Bernard Rouffignac

Le célèbre pilote Ferrari les attire, mais la voiture aussi, dit-il. « Ferrari est unique. Personne ne peut s'empêcher d'admirer une Ferrari et de sourire à son passage. Pour quelqu'un comme moi, depuis toujours admirateur passionné de la marque, cela me fait chaud au cœur. » 
Ferrari se charge actuellement de promouvoir la nouvelle génération de pilotes Alesi. Le fils de Jean, Giuliano, a été admis à la Ferrari Driver Academy à seulement 18 ans. Il participe au championnat international GP3, où il a déjà remporté quatre courses. Curieusement, la prochaine manche figurera parmi les courses de support pour le retour de la F1 sur le circuit Paul Ricard. « Tout un symbole ! » déclare Alesi en souriant fièrement. 

 

Ferrari