Passion

Petite histoire d'une chaîne de montage

Petite histoire d'une chaîne de montage

Le long de la chaîne de montage ultra-technologique de Maranello, chaque voiture passe accompagnée d'un chariot rouge équipé des composants qui seront montés sur « le véhicule qui lui est assigné ». Voici un aperçu de la planification complexe et des programmes sophistiqués utilisés pour sa réalisation
Texte

Gordon Sorlini

« Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie », disait Arthur C. Clarke, l’un des écrivains de science-fiction le plus lu et le plus estimé du XXe siècle, connu pour des chefs-d’œuvre tels que « 2001 : l’odyssée de l'espace » et d'innombrables nouvelles. Quiconque a eu la chance de visiter les chaînes de montage futuristes de Ferrari arrive probablement à la même conclusion. Les voitures se déplacent automatiquement et silencieusement le long des chaînes. De grandes horloges numériques informent les ouvriers du temps à leur disposition pour achever chaque phase des opérations. On ne se sent pas du tout dans une usine, encore moins dans un endroit qui fabrique des voitures sportives à hautes performances.

Puis un détail attire l'attention : un chariot rouge, d’apparence simple, est placé à côté de chaque voiture le long de la chaîne. Aucune Ferrari ne pourrait être construite sans ces armoires métalliques mobiles, car chacune d’elles est équipée du câblage, des écrous et des boulons, des volants, des rétroviseurs et des éléments du tableau de bord nécessaires pour construire une seule voiture sur la chaîne (les grandes pièces telles que les pare-chocs, les sièges et les toits ouvrants sont livrés séparément). La préparation des chariots, à savoir le chargement du matériel et la manière dont ils sont introduits le long des chaînes de montage, est une merveille de précision logistique.

Tout commence quand un client passe commande chez un concessionnaire. Une fois confirmée, la commande est envoyée à Maranello. À partir de là, le créneau pour le montage est défini. On commence à envoyer aux fournisseurs les demandes pour que les matériaux soient livrés à l'entrepôt extérieur de Ferrari. C’est ici que les chariots sont préparés avant d’être livrés à la chaîne de montage, puis associés à « leur » voiture. Chaque voiture assemblée sur les deux chaînes de montage de Maranello (une pour les modèles V12, l’autre pour les modèles V8) est presque unique, différenciée par des couleurs et des options. Pourtant, toutes les voitures, y compris les modèles Tailor Made, suivent sans encombre les mêmes chaînes.

Ainsi, vous pourriez avoir une 488 Pista, suivie d’une Portofino et d’une Pista Spider, l’une après l’autre, chacune « accompagnée » de son propre chariot. En fonction du modèle et des personnalisations souhaitées, il faut compter de 10 à 15 chariots de composants pour chaque voiture sur la chaîne.

Preparation of the trolleys is a feat of logistical precision: each carries the parts for a unique car.<em>P</em><em>hoto: Andrea Melcangi</em>
Preparation of the trolleys is a feat of logistical precision: each carries the parts for a unique car.Photo: Andrea Melcangi

Avant que le chariot ne soit vide, un nouveau, comprenant toutes les pièces nécessaires à la production, est déjà en route. Il est introduit « comme par magie » dans le poste de travail approprié précisément quand il le faut. Une nouvelle « date » est donc fixée. De nombreux travaux de préparation du chariot sont effectués en coulisse : les commandes envoyées aux fournisseurs, les composants réceptionnés à l'entrepôt, les ouvriers affectés à la préparation de chaque kit de montage de la voiture.

La composition du kit est livrée à l'entrepôt un jour avant que la voiture ne commence son voyage sur la chaîne de montage. Cinq heures avant de lancer la production de la voiture, le premier chariot est chargé et livré à la chaîne de montage. Plusieurs fois par jour, des camions dédiés font la navette entre l'entrepôt et les chaînes de montage Ferrari, transportant des chariots vides dans un sens et des chariots de nouveau équipés dans l’autre. Au total, 550 chariots circulent chaque jour. Même si l'ensemble du processus peut paraître magique, il ne l'est pas, bien entendu. Mais la prochaine fois que vous verrez une nouvelle Ferrari franchir les portes de Maranello, pensez à ce processus d'assemblage complexe et précis qui permet à chacune de ces voitures de rêve de devenir réalité. Et pensez aussi à cet humble chariot en métal.

 

Ferrari