Passion

Début dynamique

Début dynamique

Alors que la spectaculaire Monza SP2 sans toit fait ses débuts dynamiques au Festival de la Vitesse de Goodwood, nous nous lançons dans une course ultra-rapide sur la colline emblématique de Goodwood
Texte

Chris Rees

Quel événement plus approprié que le Goodwood Festival of Speed pour vivre les débuts dynamiques de la nouvelle Monza SP2 de Ferrari ? Inspirée des barchettas Ferrari de course des années 50, comme les 750 Monza et 860 Monza, le mot « vitesse » est inscrit dans son ADN. La vitesse, c'est aussi ce que je m'apprête à vivre en termes très clairs sur la colline qui s'élève devant la maison de campagne du duc de Richmond à Goodwood.

Casque en place, soleil brillant, foule en délire, nous nous alignons sur la ligne de départ avec une grande impatience. Un simple geste de la main du commissaire et on démarre. Le décollage est explosif mais contrôlé, comme une fronde. Je sens littéralement bouger mes joues sous la force d'accélération. En un rien de temps, nous avons atteint le premier virage à droite, que la Monza SP2 franchit de façon directe et à une vitesse que vous n'êtes pas en droit d'attendre d'une voiture homologuée route.

Puis le long de la ligne droite principale, le moteur V12 de 810 ch tourne à pleine puissance. La vitesse augmente avec une énergie implacable, et j'ai soudain l'impression d'être dans un avion plutôt que dans une voiture. Le vent est plus fort qu'un ouragan ; le vrombissement du moteur et les gaz d'échappement s'échappent dans l'air ; j'éprouve un sentiment de liberté sauvage. Puis, en toute confiance, les freins réduisent la vitesse en un rien de temps, l'esprit se concentrant sur Molecomb Corner, le virage brutal à gauche de Goodwood.

En passant devant les tribunes, j'entends les foules enthousiastes applaudir pendant que nous montons la colline. Après moins d'une minute, le damier de la ligne d'arrivée met fin à notre course. L'expérience a été viscérale, pure, crue, excitante. Ce que je ressens, c'est certainement ce qu'ont ressenti les coureurs des années 50 à la fin d'une course. En un mot, c'est ce qui fait l'unicité de la Monza SP2.

Ferrari