Passion

Les débuts et la première victoire

Les débuts et la première victoire

La Mille Miglia de 1930 et le triomphe à la course Trieste-Opicina

Dès la rédaction des statuts de la Scuderia, Enzo Ferrari a les idées claires : sa création débutera à l’occasion d’une compétition de grand prestige, la Mille Miglia. Trois Alfa Romeo 6C 1750 GS prennent part à l'édition qui se dispute le 13 avril 1930 ; la numéro 62 pour Mario Tadini et Eugenio Siena ; la 85 pour Luigi Scarfiotti, père du futur vainqueur du Grand Prix d'Italie Ludovico, et Guglielmo Carraroli ; la 90 pour Alfredo Caniato et Carlo Sozzi. Contre toute attente, aucune des voitures ne franchira la ligne d’arrivée.

 

Risposte immédiate. La Scuderia Ferrari ne tarde pas à se rattraper. Le 15 juin se tient en effet la Trieste-Opicina, une course toute en montée qui se déploie sur un parcours de 7,4 kilomètres allant de la place Dalmazia, chef-lieu du Frioul-Vénétie Julienne, jusqu'à l'obélisque d'Opicina, bourg de la région du Karst. Le parcours est tellement rapide qu'on l'appelle "Monza en montée" ; la Scuderia peut compter sur une légende du calibre de Tazio Nuvolari, qui vient d'être nommé Chevalier de la Couronne d'Italie, pour émouvoir et offrir un véritable spectacle au volant de son Alfa Romeo P2. Les derniers témoins racontent que l'as de Mantoue arriva à toute vitesse dans le virage difficile de la carrière de Faccanoni et, au lieu de ralentir, il exploita la mauvaise adhérence au chemin de terre pour faire un dérapage contrôlé impeccable, sans jamais lâcher un seul instant le pied de l' accélérateur.

 

Moyenne record. Nuvolari, aux côtés du mécanicien Francesco Severi, offre ainsi la première victoire à la Scuderia Ferrari en établissant une nouvelle moyenne record de 95,151 km/h. Il s'agit de la première victoire d'une très longue série qui continue encore aujourd'hui.

Ferrari