LOADING ...
Living
09/02/2017

À grande échelle : Ferrari et Amalgam

Le fabricant de maquettes emblématique Amalgam Collection crée des modèles réduits Ferrari parfaits en tous points depuis près de deux décennies

Amalgam Collection fabrique des reproductions miniatures de voitures de course et GT Ferrari depuis près de 20 ans. La société est connue dans le monde pour son travail ultra détaillé et son attachement à la recherche et au développement qui reflètent les procédés et les philosophies en vigueur chez Maranello.

 

Le fondateur de la société, Sandy Copeman, a commencé sa carrière en réalisant des maquettes pour de nombreux architectes, comme notamment Norman Foster and Partners. « Nous avons beaucoup appris en travaillant aux côtés d’esprits jeunes et brillants du cabinet de Foster », nous explique-t-il. « Nous nous sommes fait un nom grâce à notre capacité à saisir l’esthétique recherchée par le designer et à notre approche participative dans la remise d’un modèle qui, étant de l’art en soi, représente l’art du design ».

Par la suite, Amalgam a commencé à travailler avec les équipes de course automobile Jordan et Williams au milieu des années 90 avant d’être approché par Ferrari intéressé à la production de modèles réduits de Formule 1. « Quelques années après, Maranello nous a poussés vers les maquettes de modèles classiques et GT, donnant lieu à une collaboration qui porte ses fruits depuis 2005 ».

 

Maintenant, Amalgam produit, en moyenne, 15 nouveaux modèles à l’échelle 1:8 par an et deux/trois à l’échelle 1:4 ou 1:5. La société a reproduit toutes les voitures de course et GT du Cheval cabré dès leur lancement, en se basant sur les données CAO (conception assistée par ordinateur) fournies par Ferrari. Elle a également fait le modèle réduit de chaque nouvelle voiture de course de F1 Ferrari à l’échelle 1:4, 1:8 et 1:12 et, depuis cette année, aussi à l’échelle 1:18. Toutes les maquettes sont des éditions limitées ou encore des versions exclusives si ce n’est, parfois, des exemplaires uniques.

 

Copeman nous parle de certains processus de pré-production très complexes : « Pour les nouvelles voitures, Ferrari nous fournit les données CAO, nous les élaborons afin de ne conserver que celles des détails visibles et celles nécessaires à la fabrication du modèle même. Pour les classiques, nous scannons la voiture « réelle » et en prenons plus ou moins 1 000 photos, souvent sous des angles inédits révélant des détails et des finitions particulières ».

 

« Avoir accès aux meilleurs exemplaires de chaque voiture peut s’avérer un véritable défi. Nous avons eu la chance de scanner des voitures d’une valeur inestimable dans des lieux exclusifs comme le musée privé de Ralph Lauren mais aussi dans des garages ou dépôts froids et peu invitants ! ».

Un modèle de LaFerrari Aperta en voie d'achèvement 

Il faut trois mois environ pour développer le modèle réduit d’une nouvelle voiture et le double pour une classique. Les demandes de maquette personnalisée sont normalement réalisées sous 8 à 10 semaines, nécessitant de 200 à 400 heures de travail pour les modèles particuliers.

 

Quel est le défi le plus intéressant sur lequel Ferrari et Amalgam ont eu à travailler ? « Le modèle réduit de la 512 S à l’échelle 1:5 a été le plus complexe mais, actuellement, nous sommes en train de terminer la première 512 BB LM à l’échelle 1:8 et, elle aussi, n’est pas en reste côté difficulté. J’en ai d’ailleurs les frissons dans le dos… ».

 

Pour en savoir plus, visitez amalgamcollection.com



Living
Jean-Claude Sauer, le photographe français qui traita une Ferrari comme une star du cinéma Lire la suite 
28/06/2016
Living
La LaFerrari assume une nouvelle forme Lire la suite 
20/10/2016