Courses

<em style=Photo: Getty Images" />

Le premier pilote de F1 Ferrari triomphant pour la France

Maurice Trintignant décroche la victoire pour Ferrari en Formule 1 et au Mans
Texte

Richard Aucock

Charles Leclerc pilotera pour la Scuderia Ferrari en 2019, devenant le premier français à courir pour l'écurie depuis Jean Alesi en 1995. La France, qui a organisé les toutes premières courses automobiles au monde dans les années 1890, est forte d'une longue lignée de pilotes triomphant en Formule 1 – et le premier à goûter au succès, Maurice Trintignant, le fera au volant d'une Ferrari.

La victoire capitale a lieu en 1955. Trintignant est alors pilote de la Scuderia Ferrari, après avoir été promu au poste de pilote d'essai par l'écurie indépendante Rosier. Les deux équipes ont recours aux Ferrari 625 à quatre cylindres, et c'est au Grand Prix de Monaco de cette année-là que Trintignant décroche la victoire. L’habile pilote français se place neuvième sur la grille de départ, mais commence rapidement à gagner des places pendant la course. 

Trintignant portait fièrement le drapeau français sur son casque de course <em>Photo: Getty Images</em>
Trintignant portait fièrement le drapeau français sur son casque de course Photo: Getty Images

Au terme de l'épopée de 100 tours, il mène le peloton et passe sous le drapeau à damier dans la joie pour remporter son premier succès en Formule 1. Ce faisant, il s'assurera une place dans l'histoire, devenant le premier pilote français à triompher en Formule 1. Combien de temps passera avant que Leclerc ne le rejoigne dans la liste des vainqueurs français en F1 ?

Plus tôt cette année-là, Trintignant réalise un autre résultat mémorable dans le Grand Prix d'Argentine au volant d'une Ferrari. Il inscrit son nom dans le livre des records, terminant deuxième et troisième – car, en raison de la chaleur torride, de nombreux pilotes décident de partager les voitures. Son nom apparaît ainsi non seulement à la deuxième place, aux côtés de Jose Gonzales et Giuseppe Farina mais aussi à la troisième avec les mêmes pilotes outre Umberto Maglioli. La confusion ce jour-là règne à tel point que les organisateurs décident de faire appel à un cabinet d'experts-comptables pour contrôler les résultats.

Trintignant a été victorieux pour Ferrari avec la 625 F1 <em>Photo: Getty Images</em>
Trintignant a été victorieux pour Ferrari avec la 625 F1 Photo: Getty Images

À la fin de l'année, Trintignant se classe quatrième au Championnat du Monde – un résultat encourageant, étant donné les véritables légendes qui le précèdent : Juan Manuel Fangio, Stirling Moss et Eugenio Castelotti. Trintignant n'est cependant pas seulement victorieux en Formule 1. L'année précédente, il remporte une victoire mémorable dans le championnat du monde des voitures de sport. Partageant une Ferrari 375MM, Gonzales et lui triomphent au 24 Heures du Mans en 1954.

En 1956, il termine troisième au général et deuxième de sa catégorie, au volant d'une Ferrari 625LM Touring avec Olivier Gendebien. Pour l'époque, Trintignant enregistre une carrière incroyablement longue. Il court pour la première fois avant la Seconde Guerre mondiale, participe aux premières courses d'après-guerre en 1945 et prend part à la Formule 1 jusqu'en 1964. 

Le coureur français a remporté le Grand Prix de Monaco de 1955 <em>P</em><em>hoto: Getty Images</em>
Le coureur français a remporté le Grand Prix de Monaco de 1955 Photo: Getty Images

C'est alors qu'il est décoré de la Légion d'Honneur par le président français en 1960. En dehors du sport automobile, Trintignant est aussi un prospère vigneron, activité à laquelle il retourne à l'issue de son retrait de la course automobile. Ses vignobles se trouvent alors dans la région Languedoc-Roussillon en France, où il a également été maire de Vergèze. C'est à travers le vin que Trintignant montrera son sens de l'humour. Dans la course automobile, on le surnommait - le Pétoulet (crotte de rat).

Le nom peu enviable mais affectueux vient d'une anecdote au sujet de son abandon lors de sa première course après la guerre. La voiture, restée cachée dans une grange sous des bottes de foin pendant la guerre, est victime d'une panne d'essence, attribuée par la suite à des excréments de rat dans le système d'alimentation. Montrant la bonne grâce avec laquelle il accepte son surnom, Trintignant lancera plus tard un millésime spécial de vin rouge – dont le nom ne pouvait être autre que Le Pétoulet...

 

 

Ferrari