Courses

<span style=Les 6 Heures de Silverstone ont été un tour triomphant pour les champions Ferrari" />

Rencontre avec les champions WEC racing Ferrari

Nous avons rencontré les pilotes Ferrari James Calado et Alessandro Pier Guidi, champions du monde d'endurance en titre
Texte

Richard Aucock

Les pilotes Ferrari AF Corse James Calado et Alessandro Pier Guidi sont champions du monde pour Ferrari. L'an dernier, ils ont remporté le Championnat du monde d'endurance FIA dans la catégorie LM GTE Pro, et sont pour la « Super Saison » 2018/19, les pilotes à battre au volant de leur 488 GTE #51 rouge et bleu caractéristique. Lors de l'épreuve de Silverstone de la légendaire Super Saison, James et Alessandro se sont entretenus avec The Official Ferrari Magazine pour parler de leur triomphe.

 

Nous leur avons d'abord demandé de nous faire part de leurs émotions pour le titre acquis - et nous avons rapidement découvert que les pilotes étaient encore sidérés par leur succès. « Pendant près de 10 secondes, après avoir franchi la ligne d'arrivée à Bahreïn, l'émotion a été... la deuxième après la naissance de ma fille, » a déclaré James, le pilote britannique de 29 ans. « Aujourd'hui encore, le résultat est tout simplement incroyable - quel succès, d'autant plus que Le Mans ne nous a pas été particulièrement favorable en 2017. » Des points supplémentaires sont attribués pour l'épreuve des 24 Heures du Mans, explique-t-il, ce qui signifie que le succès peut y être décisif pour remporter un titre.

Cela a rendu le travail des pilotes de l'AF Corse encore plus difficile pour le reste de la saison, mais ils ont « gardé la tête froide et commencé à engrangé les résultats... pour finalement s'imposer, car Ferrari était un rêve devenu réalité. » Alessandro, 34 ans, acquiesce. « Pour moi, c'était incroyable... Je suis italien et conduire pour Ferrari est un rêve qui remonte à l'enfance. Je suis vraiment fier d'en être arrivé là, de conduire pour Ferrari... et d'être champion du Monde pour Ferrari. »

 

James est peut-être britannique, mais il est aussi imprégné de l'esprit Ferrari. « Tout a commencé quand je faisais du karting – j'ai toujours piloté pour des écuries italiennes. En tant que pilote britannique, la culture italienne est extrêmement différente, j'ai ainsi eu la chance d'enrichir mon expérience avant tout avec les Italiens lorsque j'étais plus jeune. Mon passage à Ferrari n'était donc pas complètement différent – c'était comme revenir à l'époque du karting, dans une voiture de course, et une catégorie plus professionnelle de la discipline. » James nous confie ensuite quelques secrets. « J'ai gardé une photo de mon premier anniversaire assis dans une petite Ferrari – elle était apparemment déjà spéciale à mes yeux. 

Les deux coureurs s'entendent très bien, ce qui est un avantage énorme dans le feu de la compétition

Plus tard, au début de ma carrière, j'ai couru pour une autre écurie – mais lorsque je rentrais chez moi pour jouer à la PlayStation, je choisissais toujours Ferrari... » C'est une entreprise magique, « non seulement sur le circuit, mais aussi à l'usine. L'atmosphère y est différente de toutes les autres. » « Cette saison s'avère plus difficile, » affirme Alessandro. « On ne peut rien y faire – tout est lié à la balance des performances qui vise à équilibrer la compétition entre les écuries. Nous avons bien travaillé et apporté des améliorations, mais il y a une limite à ce que vous pouvez faire. Pour l'instant, la balance n'est pas tout à fait juste, mais nous sommes confiants et tout peut arriver dans une course de six heures. »

 

« J'espère qu'à l'avenir, la balance des performances nous sera plus favorable. » James soutient son coéquipier. « Ici, à Silverstone, un podium serait comme gagner à la loterie – mais cela ne veut pas dire que notre voiture n'est pas performante, car elle est surprenante en virage. Nous l'avons considérablement améliorée à la fin de la saison, nous avons amélioré les pneus.... la seule restriction est purement liée à la balance des performances. 

James et Alessandro: de retour sur la plus haute marche du podium pour les champions du monde

Nous perdons dans les lignes droites, et nous sommes un peu lourds. Il s'agit de petites différences qui s'ajoutent à une grande différence au tour, mais nous espérons toujours que les choses s'améliorent au cours de la saison. » « Cela est frustrant, mais c'est le sport automobile... » James ajoute que tout peut arriver dans le sport automobile, et la preuve de l'esprit combatif de l'écurie s'est vérifié quelques jours plus tard. Après s'être entretenu avec le TOFM, les pilotes ont poursuivi les préparatifs pour les 6 Heures de Silverstone, et dans une course âprement disputée, ils ont remporté la victoire. Les deux pilotes se sont battus avec acharnement dans l'épreuve suivante, les 6 Heures de Fuji au Japon. À quatre courses de la fin, ils occupent actuellement la troisième place du championnat, à quelques points de la deuxième.

 

L'écurie est maintenant bien placée pour livrer batailles dans les courses restantes, y compris une autre course à doubles points au Mans en 2019 – et, selon Alessandro, les souvenirs de la saison dernière les aideront à continuer à conduire de main de maître. « Nous travaillons ensemble, nous restons ensemble, même quand ce n'est pas facile, et nous travaillons dans la même direction. » Tout le monde attend maintenant avec impatience de voir si le jeune duo passionné sera en mesure de renouveler son succès de 2017 avec un nouveau Championnat du Monde Ferrari.

Ferrari