LOADING ...
Courses
03/10/2017

Le triomphe légendaire de Ferrari au Japon en 2000

À la veille du Grand Prix du Japon, retour sur la fameuse victoire de Ferrari à Suzuka

Le dimanche 8 octobre 2000, des nuages menaçants se profilaient au-dessus de Suzuka. Comme c'est souvent le cas sur le circuit sinueux de 6 km sur les rives de la baie d'Ise, le sort était jeté pour un nouveau dénouement haletant de la saison de Formule 1 - Ferrari sur le point d’enregistrer une 20e année sans remporter le Championnat Pilotes, McLaren se rapprochant du triplé.

 

Après des années de développement intensif, d'investissements et d’accidents évités de justesse, la Scuderia Ferrari était enfin aux portes de la victoire. Les attentes étaient très hautes, la pression à son comble. Suzuka serait d'une manière ou d'une autre la toile de fond d'une nouvelle épopée dans les plus hauts rangs de la F1 et, pour Maranello, l’issue de la saison pouvait s’avérer de première importance.

Le début de la course Photo: LAT Photographic 

Ralentissant pour s’arrêter sur la grille de départ, la V10 F1-2000 de Michael Schumacher partait en pole position, la Mercedes MP4/15 de Mika Häkkinen partageant la première ligne.

 

Après une panne moteur lors de la course précédente, Häkkinen concédait huit points au départ de l'avant-dernière course de l'année, ce qui signifie qu'une victoire pour Schumacher lui assurerait, ainsi qu' à Ferrari, ce titre de pilote hors de portée.

 

Lorsque les feux se sont éteints, le parfait départ d’Häkkinen a immédiatement porté Schumacher sur la défensive. Incapable de conserver sa place dans le premier virage, l'allemand ne pouvait que regarder la McLaren prendre déjà de l’avance que le Finlandais, la tête froide, pourrait facilement augmenter dès les premiers tours.

Schumacher prend l'un des virages à haute vitesse de Suzuka Photo: Getty Images 

Heureusement pour McLaren, la pluie s'était arrêtée et Häkkinen conservait jusqu'à la mi-course une bonne avance sur le maître incontesté de la conduite par mauvais temps. Pour les 150 000 spectateurs de Suzuka, l'écart semblait insurmontable, voiture et pilote étaient infaillibles et imperturbables.

                                                           

Mais le directeur technique Ferrari, incomparable stratège, Ross Brawn, dont la capacité à contrôler une course depuis les stands devenait déjà légendaire, était tout autant imperturbable.

 

Comme prévu, l'écart a commencé à se resserrer tandis que les coureurs de tête reprenaient les dernières voitures, et au moment où la McLaren se dirigeait vers son deuxième arrêt, Schumacher était en position idéale pour rendre la pareille, accumulant une avance considérable tandis que les pilotes à l’arrière de la course sortaient de piste pour leur arrêt programmé. 

L'Allemand prend l'initiative Photo: LAT Photographic 

Lorsqu’Häkkinen a repris la course, il avait presque 30 secondes de retard sur la Ferrari, et avec la pluie annoncée qui tombait désormais comme des cordes, il assistait en première ligne à une autre leçon de Schumacher sur route mouillée.

 

La série sans appel de tours sur des pneus usés dans des conditions toujours plus difficiles serait ce jour-là le rebondissement décisif, permettant ainsi à Schumacher de creuser suffisamment l’écart pour s’arrêter au stand et revenir en piste son avance intacte. 

Schumacher célèbre sur le podium avec Jean Todt Photo: Getty Images 

Schumacher finit par franchir la ligne d'arrivée au 53e tour, remportant sa huitième course de la saison et avec elle le championnat pilotes. Ferrari mettait ainsi fin à une pénurie qui durait depuis 1979, lorsque Jody Scheckter remporta le titre et l’écurie entrerait alors dans une période de domination sans précédent dans l'ère moderne.

 

Grâce aux forces indomptables de Schumacher et de son proche allié Brawn, la Scuderia Ferrari allait remporter cinq titres consécutifs pilotes et constructeurs.



Courses
Histoire du circuit allemand à la veille des Ferrari Racing Days Lire la suite 
08/09/2016
Courses
L'ancien pilote de F1 Derek Bell se souvient de son premier entretien avec Enzo Ferrari Lire la suite 
26/07/2017