LOADING ...
Personnes
12/03/2018

Mike Hawthorn: champion de Ferrari

60 ans après la victoire en Formule 1 avec la Scuderia Ferrari

C’était l’homme aux yeux bleus du sport automobile, le pilote britannique débonnaire dont l'ascension fulgurante fut accompagnée d'une chute précipitée - et tragique. Mike Hawthorn était à l'avant-garde d'une nouvelle vague de jeunes stars anglaises qui ont fait leurs marques dans les Grands Prix des années 50, et est devenu le premier champion du monde de Formule 1 du Royaume-Uni en 1958, alors pilote d’essai Ferrari.

 

Sa saison victorieuse fut l’incarnation de la constance, l'as du Yorkshire, ancien étudiant dans le Sussex portant sa Ferrari 246 Dino à huit points, à l’issue de dix courses, de son grand rival Stirling Moss. Il n'a peut-être remporté qu'un seul Grand Prix cette année-là, mais il s'est classé deuxième dans six courses outre une troisième place. Il aura su brillamment régler son allure pour battre des pilotes plus fantaisistes, avant de se retirer de la course automobile à la fin de la saison.

Le casque d'Hawthorn est ajusté par son rival, Stirling Moss Photo: Getty Images 

Soixante ans ont peut-être passé depuis qu’Hawthorn est entré dans les annales, mais le sentiment de fascination romantique pour ce destrier aux cheveux blonds ne semble pour autant s'apaiser. Deux ans à peine après s'être lancé dans sa carrière de pilote à bord d'une Riley de 18 ans, Hawthorn en avait déjà fait assez pour attirer l'attention d'Enzo Ferrari, qui l’engagea pour la saison 1953. Il redonna la foi au Commendatore en remportant le Grand Prix de France à Reims la même année dans sa Ferrari 500 de 2,0 litres. Il faisait ainsi preuve d’une immense bravoure si l’on considère qu’il ne s’agissait que de son neuvième départ dans une course du Championnat du Monde de Formule 1. De surcroît, sa victoire advint après une bataille palpitante roue à roue avec El Maestro en personne, Juan-Manuel Fangio au volant de la Maserati.

 

Cette année-là, le jeune homme de 24 ans a également excellé dans d’autres compétitions pour la Scuderia Ferrari, à noter parmi les principales victoires l’Ulster Trophy à Dundrod, le BRDC International Trophy à Silverstone et les 24 Heures de Spa aux côtés de son coéquipier Giuseppe Farina. 

Hawthorn a remporté le championnat de F1 dans le 246 Dino en 1958 Photo: Getty Images 

Le défi d’Hawthorn en 1954 commença plutôt mal avec un accident à Syracuse, où sa voiture prit feu, mais il se montra prolifique à son retour sur la piste, menant sa Ferrari 553 à la victoire dans le dernier Grand Prix de la saison en Espagne. Il ne remportera pas d'autre course de Formule 1 avant son titre de 1958, en partie en raison de son passage d’une écurie à l’autre au milieu des années 50, la seule constante étant son retour perpétuel à la Scuderia Ferrari après chaque départ d’une équipe rivale à l’issue d’une collaboration plus que décevante.

 

Sa saison 1958 s'est résumée à un combat de toute une saison avec Moss, qui a surtout conduit pour Vanwall cette année-là. La dernière victoire d’Hawthorn en Grand Prix eut lieu à Reims, la star de la Scuderia enregistrant également trois pole positions et cinq meilleurs tours en route vers le titre. Moss représentait peut-être la référence à laquelle tous les autres conducteurs étaient comparés, mais son compatriote ne s’est pas démuni.

Mike Hawthorn dans sa Ferrari à Monaco en 1957 Photo: Getty Images 

Une fois couronné champion, Hawthorn annonça immédiatement qu'il se retirait du sport automobile, profondément troublé par la mort de son grand ami et coéquipier Peter Collins lors du Grand Prix d'Allemagne 1958 au Nürburgring et était maintenant sur le point de se marier. Il avait également pris en charge la gestion du garage familial. Il mourut tragiquement dans un accident de la route en janvier 1959.

 

L’étoile d’Hawthorn n'aura brillé que brièvement, mais l'image de ce héros typiquement anglais à bord d'une Ferrari – d’une quelconque Ferrari – reste indélébile.