LOADING ...
Personnes
29/11/2017

Daniel Harding rencontre Vincenzo Regazzoni de Ferrari

Le chef d'orchestre britannique rencontre le responsable en chef de la fabrication de Maranello

Le départ, aussi bien en musique que dans le monde automobile, est essentiel pour le succès. Donc, rien de surprenant si le premier point commun entre Vincenzo Regazzoni, responsable en chef de la fabrication chez Ferrari, et Daniel Harding, l'un des plus grands chefs d'orchestre au monde actuellement, a surgi déjà après 30 secondes de conversation.

 

En pénétrant dans la zone où les voitures à huit cylindres Ferrari sont construites, Regazzoni remarque que l'établissement a été projeté par Jean Nouvel. « C'est bizarre », dit Harding, « Le théâtre de Paris où joue mon orchestre principal a été projeté aussi par Nouvel. C'est vraiment surprenant », continue-t-il tout en regardant autour de lui. « Je n'aurai jamais cru Nouvel capable de faire quelque chose sans avoir recours au noir ». 

Harding profite d'une visite de Maranello avec Regazzoni Photo: Simone Lezzi 

En effet, l'espace où nous sommes est clair, aérien et lumineux et ressemble à tout sauf à une ligne d'assemblage industrielle : on a l'impression d'être dans un théâtre et non dans un atelier. « La raison est évidente », nous explique Regazzoni, « chaque Ferrari est différente. Il existe tellement de spécifications, de possibilités qu'il nous est impossible de faire deux voitures identiques. L'habitacle peut être réalisé à partir de n'importe quel matériau ».

 

Un jour, un client le voulait en peau de requin. « Et vous le lui avez fait ? » a demandé Harding. « Nous avons fait de notre mieux », réplique Regazzoni avec un sourire. Ce qui nous permet d'arriver au cœur, au point clou de notre conversation.

 

Comment faites-vous pour exploiter au maximum chaque membre d'un groupe ? Lors de la construction d'une voiture, tout comme lorsqu'on joue une symphonie, partager un objectif ne signifie pas partager un plan d'action. Mais une chose est sûre : chacun doit faire de son mieux.

 

« Il existe des orchestres qui aiment être guidés, qui considèrent le chef d'orchestre comme un métronome, et ont besoin qu'on leur dise ce qu'ils doivent faire », explique Harding. « Il y en a d'autres qui ont besoin d'être coordonnés, ce étant nécessaire pour jouer en accord. Mon maestro, Claudio Abbado, utilisait cette méthode, qui est aussi la mienne, dans une certaine mesure. « Écoutez le premier violon », disait-il aux instruments à vent. « Écoutez les violoncelles », disait-il aux violons. 

Les deux hommes inspectent les lignes de production de Ferrari Photo: Simone Lezzi 

En d'autres mots, il essayait de créer des connexions. De cette façon, l'orchestre devient un réseau, une séquence étroite de relations qui fait que, même en cas de défaillance d'un des maillons, le réseau peut continuer à communiquer efficacement en son sein.

 

Regazzoni fait oui de la tête. « Chaque voiture est différente. Ce qui signifie que chaque travailleur opère, sur chaque voiture, dans une même situation mais ne fait pas exactement la même chose. Il serait absurde d'enseigner à un robot d'être aussi polyvalent. Ici, chez Ferrari, les opérations automatisées sont réduites au minimum, justement car chaque voiture est différente. Mais vraiment différente. Je ne crois pas qu'on n'ait jamais fait deux voitures identiques. Même si nous le voulions, nous aurions du mal à la faire ! »

 

Si vous achetez une Ferrari, vous vous attendez à avoir quelque chose d'exceptionnel et non de standard. Tout comme ceux et celles qui vont écouter un orchestre dirigé par Harding. « Ceci, pour moi, est un point essentiel » explique Harding. « Je pense que chacun de nous, lorsque l'on va écouter un orchestre dirigé par un chef d'orchestre, se crée des attentes non seulement sur ce qu'il va entendre mais aussi sur le chef d'orchestre même. 

La paire a trouvé beaucoup de choses à discuter à l'usine Photo: Simone Lezzi 

En fait, c'est sa réputation non seulement comme chef d'orchestre mais surtout comme personne qui influence notre jugement ».

 

En termes de définition, une Ferrari est aussi une voiture. Vous montez à bord, allumez le moteur mais le son que vous entendez ne peut pas être défini comme « le bruit d'une voiture qui démarre. Ce n'est pas un bruit. C'est la contribution de ce que les gens peuvent faire s'ils mettent tous leurs efforts en commun, qu'il s'agisse d'ingénieurs, de chefs d'orchestre ou des utilisateurs finaux d'un rare exemple de travail artistique contemporain que tout le monde peut admirer.



Personnes
À l'occasion de sa première visite à Maranello, Kobe Bryant révèle son optimisme quant à l'avenir, la philosophie qu'il partage avec Ferrari et son rapport particulier avec l'Italie Lire la suite 
15/02/2017
Personnes
Le chanteur John Newman, en pleine répétition, fait une pause et nous explique pourquoi Ferrari a toujours représenté l'objet de ses rêves Lire la suite 
09/06/2017